Description du projet

La haie vive

La haie vive, également appelée haie libre, est composée d’un ensemble d’arbres et arbustes, aux feuillages variés, plantés de manière à protéger un espace du vent et de la vue, tout en ayant un certain aspect esthétique et changeant (évolue au fil des saisons). Ces haies généreuses et touffues produisent également du nectar et du pollen. Elles attirent de nombreux animaux sauvages et sont des véritables garde-manger pour nos chers insectes pollinisateurs. Alors, laissez-vous tenter par la haie vive !

Le gîte…

Les insectes pollinisateurs pourront trouver dans la haie des cavités (branches et troncs) qui permettront à certaines espèces d’accomplir la totalité de leur cycle biologique (larves de syrphes dans le terreau comme la Xylote des forêts – Xylota segnis). Veillez également à laisser une bande enherbée au pied de la haie et les branches mortes pour favoriser les micro-habitats (les ombellifères séchées et les branches de tiges à moelles pourront accueillir
les nids d’abeilles sauvages comme les Cératines (Ceratina sp.), les Hylées (Hylaeus sp.) et Hoplitis (par exemple l’Osmie épines-noires – Hoplitis leucomelana). Le sol au pied de la haie, surtout s’il est sec et bien exposé, pourra aussi accueillir des abeilles sauvages nichant dans le sol.

… Mais aussi le couvert

La haie vive permet de pérenniser sans effort l’apport en nourriture pour les pollinisateurs. Ainsi, pour les accueillir, privilégiez les arbustes et arbres à fleurs. Diversifiez les ressources (fleurs à corolles profondes et peu profondes, apport en pollen et/ou nectar) afin d’optimiser son intérêt. Il est  indispensable de proposer du nectar et du pollen tout au long de l’année, grâce à une succession des floraisons, étalées dans le temps. On pourra ainsi planter du noisetier et du saule, premiers arbustes à fleurir de l’année (de janvier à mars), suivi par les aubépines, prunelliers, églantiers, etc, et laisser se développer le lierre grimpant, dernière plante de l’année à fleurir (de septembre à décembre).

Un corridor écologique

Un autre intérêt de la haie vive est qu’elle sert de corridor écologique. Elle permet ainsi aux insectes de se déplacer plus facilement d’un lieu à un autre, en les protégeant de la pluie, du vent et des prédateurs.

Quelles essences planter ?

Afin d’assurer la prise de vos plantations, choisissez des arbres et arbustes locaux, c’est-à-dire des essences présentes naturellement dans votre région. Elles seront ainsi adaptées aux contextes climatiques (ex: micro-climat) et écologiques (ex: sol) spécifiques de la région concernée. Vous mettrez vos plants en terre pendant la saison froide, lorsque les arbres sont en dormance (après la baisse de sève et avant le printemps).

Optez pour au minimum une dizaine d’espèces différentes, en mélangeant aussi bien des arbustes, que des fruitiers, des arbres et des plantes grimpantes (voir la fiche conseil sur les plantes grimpantes). Consultez le calendrier de floraison de certaines espèces mellifères (ci-dessous) afin de composer votre haie dans cet objectif.

Suggestion d’espèces mellifères à intégrer dans votre haie. Les périodes de floraison sont mentionnées pour vous permettre de prévoir une floraison toute l’année

>

J F M A M J J A S O N D Type de sol
NOISETIER
Corylus avellana
– Sol plus ou moins riches, basiques à légèrement acides
– Sol limoneux à argileux plus ou moins pierreux ou sableux
SAULE MARSAULT
Salix caprea
– Sol modérément riches à riches, acides à basiques
– Sol calcaires, limoneux, argileux, sableux
– Sol frais à humides
BUIS
Buxus sempervirens
– Sol argileux, calcaire, caillouteux
– Sol alcalin, neutre, acide
– Sol drainé, sec
PRUNELLIER
Prunus spinosa
– Sol argileux, calcaire, sableux, caillouteux
– Sol alcalin, neutre
– Sol drainé, sec
POMMIER SAUVAGE
Malus sylvestris
– Sol argileux, calcaire, sableux, caillouteux, Terre de bruyère
– Sol alcalin, neutre, acide
– Sol drainé, humide, sec, frais
MERISIER
Prunus avium
– Sol assez riches, basiques à peu acides
– Sol argileux à limoneux plus ou moins caillouteux ; de préférence sur sols profonds
– Sol frais bien alimentés en eau, mais non asphyxiants et non inondés
BOURDAINE
Frangula alnus
– Sol assez pauvres, acides (parfois neutres à basiques)
– Sol surtout argileux ou tourbeux
– Sol de préférence humides
TROENE D’EUROPE
Ligustrum vulgare
– Sol plus ou moins riches, basiques à légèrement acides, un peu calcaires
– Sol caillouteux limoneux, argileux ou sableux
ÉRABLE CHAMPÊTRE
Acer campestris
– Sol riches (notamment en azote), neutres à un peu calcaires
AUBÉPINE
Crataegus monogyna
– Sol assez riches, basiques à acides
– Sol argileux à limoneux, parfois riches en sables
TILLEUL à petites feuilles
Tilia cordata
– Sol pauvres à assez riches, acides à neutres
– Sol limoneux ou argileux
VIORNE OBIER
Viburnum opulus
– Sol assez riches, basiques à légèrement acides
– Sol argileux ou limoneux
SUREAU
Sambuscus nigra
– Sol argileux, calcaire
– Sol acalin, neutre, acide
– Sol drainé, humide
EGLANTIER / Rosier des chiens
Rosa canina
– Sol argileux, calcaire, sableux, caillouteux
– Sol alcalin, neutre
– Sol drainé
CHATAIGNIER
Castanea sativa
– Sol pauvres à modérément riches, acides
– Sol sableux, limoneux
– Sol assez secs à assez frais
LIERRE
Hedera helix
– Sol légèrement acides à basiques (voire calcaires)
– Sol sableux, caillouteux avec argiles, limons
BON A SAVOIR : Les fleurs butinées par les insectes pollinisateurs se transformeront après pollinisation en fruits. Ces fruits seront appréciés par les oiseaux et certains mammifères, surtout en hiver (Noisetier, Églantier, Lierre grimpant, …).

Entretien de la haie vive ?

Votre haie peut être laissée en libre évolution si vous avez de la place. Vous optimiserez ainsi la floraison. Sinon, afin de limiter son expansion, vous pouvez réaliser une « taille de renouvellement » en hiver, en supprimant les grosses ramifications afin de réduire l’arbre sans impacter la floraison des jeunes ramifications. Cela permet de préserver les nouvelles branches de l’année qui fleuriront au printemps suivant. Essayez également de garder une
forme naturelle afin d’assurer la floraison maximale. Enfin, n’oubliez pas de laisser les branches coupées à la base de votre haie pour fournir des abris naturels aux pollinisateurs.