Friche fleurie

Qu’est-ce qu’une friche fleurie ?

Une friche fleurie est un milieu où les plantes à fleurs sauvages colonisent l’espace de manière spontanée. Au contraire d’une friche classique, une friche fleurie nécessite un léger entretien qui visera à favoriser l’installation de nouvelles plantes à fleurs et donc augmenter la diversité florale mais aussi, et surtout, à maintenir la végétation au stade herbacé.

Quel intérêt pour la biodiversité et les pollinisateurs ?

Les friches fleuries représentent des lieux très intéressants pour la biodiversité, notamment dans les villes où peu d’espaces sont dédiés à la biodiversité. A la campagne et dans les milieux industriels ces habitats sont aussi très appréciés des pollinisateurs car ils sont généralement secs et chauds et dotés d’une grande diversité florale.
Le grand avantage de la friche fleurie pour les pollinisateurs sauvages réside dans le fait qu’elle apporte à la fois le gîte et le couvert dans un même espace.
L’abondante présence de fleurs mellifères durant toute l’année permet d’alimenter des populations d’abeilles émergeant successivement : tussilages, cardères, résédas, mauves, achillées, crépis, bouillon blancs, chardons, tanaisies, ombellifères… sont autant de plantes qui font le régal des abeilles, syrphes et papillons !
En outre, les grandes plantes qui se développent dans la friche (cardères, ombellifères, etc..) servent de refuge et de lieu de nidification pour les petites abeilles solitaires. La végétation morte et le sol non travaillé accueillent les abeilles sauvages qui souhaitent nicher mais aussi de nombreux insectes (papillons, scarabées, …) durant l’hiver.

Les friches offrent une profusion de fleurs toute l’année. Ici, Asters (Aster sp.) et Tanaisies (Tanacetum vulgare) permettent de nourrir les abeilles solitaires tardives et spécialisées comme la Collète commune (Colletes daviesanus).

Comment installer une friche fleurie chez soi ?

Rien de plus facile que d’installer une friche fleurie chez soi : il suffit de choisir une parcelle et de ne plus y intervenir. Pas de semis, pas de tonte répétées… la banque de graines du sol va naturellement s’exprimer et la végétation va spontanément évoluer vers son état le plus stable (la forêt dans nos régions) en passant par le très intéressant stade de friche.
Vous pouvez installer plusieurs parcelles de friche dans votre jardin et vous verrez qu’elles évolueront différemment en fonction de leur emplacement (sol, humidité, exposition, …) !
Vous avez peut-être peur que les orties prennent le dessus et que votre friche ne soit pas aussi fleurie que vous l’espériez. Prenez votre mal en patience car les fleurs (liseron, clématite, consoude, …) finiront par s’installer. De plus, les orties accueillent quantité de chenilles de papillons et servent de refuge à de nombreux insectes !
Si vous souhaitez activer le processus, vous pouvez réaliser des semis de plantes à fleurs ou travailler le sol pour faire émerger la banque de graines existante et enfouie.

Comment entretenir sa friche fleurie ?

La friche est un stade intermédiaire où la végétation va spontanément évoluer vers le stade de taillis puis de forêt au fil des ans. Afin de maintenir votre lieu au stade de friche fleurie, un entretien est possible. De plus, il est important d’empêcher l’installation et la propagation des espèces exotiques invasives.
Pour l’entretien de votre friche, vous pouvez :

  • Retirer les arbres et arbustes qui s’installent dans votre friche : en les coupant, les arrachant ou mieux, en les repiquant ailleurs. Cette opération vous permettra de limiter l’évolution vers le taillis. Les arbres très intéressants pour les pollinisateurs comme le saule, l’aubépine, … peuvent être laissés et maintenus sous la forme arbustive si cela ne pose pas de problème pour votre gestion du lieu.
  • Réaliser une rotation de fauche : en hiver, faucher un quart de la surface de la friche, puis un autre quart l’année suivante, … afin que chaque zone ne soit fauchée que tous les 4 ans. Les herbes et tiges creuses ainsi coupées peuvent être entreposées à proximité afin que les insectes présents dans ces résidus de végétations puissent émerger au printemps suivant. L’export de la matière végétale hors de la friche est important pour éviter l’enrichissement du sol, qui est défavorable au maintien sur le long terme des plantes à fleurs.
  • Remettre des zones de terre à nu : afin d’augmenter la dynamique de votre friche, vous pouvez tous les deux ans remettre une zone de quelques mètres carrés de sol à nu en étrépant le sol (c’est-à-dire en retirant la végétation et quelques centimètres de sol seulement). Cette opération permettra de favoriser la colonisation par de nouvelles plantes annuelles et l’installation des abeilles qui nichent dans le sol.
  • Limiter la propagation des espèces exotiques envahissantes : afin d’empêcher la propagation des espèces exotiques envahissantes dans votre jardin et dans les milieux naturels, surveillez l’installation de ces dernières dans votre friche. Si elles sont déjà présentes, limitez au maximum leur expansion. Ces plantes sont par exemple le Buddleja, la Balsamine de l’Himalaya, la Vergerette du Canada, la Renouée du Japon, le Séneçon du Cap, la Berce du Caucase,…
    Même si certaines de ces plantes sont mellifères et intéressantes pour les pollinisateurs, elles ont tendance à remplacer les plantes indigènes dans les écosystèmes ce qui, à terme, est nuisible à la fois à la végétation locale et à nos pollinisateurs sauvages.

Où installer ma friche fleurie ?

L’emplacement de la friche fleurie doit être pensé au cas par cas en fonction de votre lieu et son contexte (en ville, à la campagne, …). Comme cet aménagement vous demande peu de soins et d’entretien, vous pouvez le placer dans les zones moins accessibles ou plus éloignées de votre terrain. Vous pouvez aussi implanter une friche dans une zone abrupte, difficile à entretenir ou avec un sol pauvre (ex: remblais). Une friche sur un sol drainé et sec accueillera d’ailleurs des plantes particulières et très intéressantes pour les pollinisateurs. Dans les cas où la friche pourrait être mal acceptée par le voisinage, vous pouvez la placer dans un endroit moins visible ou l’accompagner d’un panneau explicatif sur l’importance des friches fleuries pour la biodiversité et les pollinisateurs. La zone réservée à la friche fleurie peut faire quelques mètres carrés dans le cas d’un petit jardin et être de plusieurs ares dans le cas d’un grand terrain.

Quel impact de la friche sur mon jardin ou celui de mes voisins ?

La friche fleurie est un véritable avantage pour la biodiversité. Grâce à elle, vous accueillerez plus d’oiseaux, de petits prédateurs et autres auxiliaires de cultures et bien sûr, plus de pollinisateurs ! Certaines personnes craignent souvent que les chardons et autres plantes de la friche envahissent leur jardin. Il faut savoir que les plantes s’installent là où le sol leur convient. En modifiant le sol là où vous ne souhaitez pas voir ces plantes s’installer (enrichissement en humus, paillage, végétalisation abondante, …) vous limiterez leur installation.

Dans la friche, Bouillon-blancs (Verbascum thapsus), Cardères (Dipsacus fullonum), Carottes sauvages
(Daucus carota) et autres plantes mésestimées peuvent s’épanouir pour le plus grand plaisir des pollinisateurs.
Plantes de la friche     Abeilles à langue
longue
Abeilles à langue
courte
Syrphes Papillons
Composées jaunes
(Tussilage, Crepis, Tanaisie,
Pissenlits…)
X x
Composées type chardon
(Chardons, Cirses, Centaurées
Bardane, etc…)
X X X
Légumineuses
(Mélilot, Trèfle, Luzerne,)
X X X
Lamiacées
(Lamier, Epiaires, Origan, etc…)
X X X
Ombellifères
(Carottes sauvages, Berces, etc…)
X X
Cardères X X
Resedas X X
Mauves X X X
Achillée millefeuilles X X
Bouillons blanc, Molènes, etc… X X X X
Millepertuis X X
Plantains X
Abeille mégachile (Megachile sp.) sur une fleur de Bardane (Arctium sp.).